samedi 9 février 2013

Banks Peninsula, on est (presque) chez nous

A l'Est de Christchurch se trouve la Péninsule de Banks. Sa forme caractéristique, un cercle presque parfait morcelé par une multitudes de baies, éveille inévitablement la curiosité. Nous voici donc partis pour une courte exploration de la zone.



Immédiatement, on prend conscience de la beauté des lieux : une presque-île très découpée où l'océan est quasiment toujours à portée de vue, le tout surplombé par plusieurs sommets.

Montagnes, océan, verdure et moutons : la Banks Peninsula
est bien en Nouvelle-Zélande
Après nous être un peu perdus autour de Pigeon Bay (et oui) dans le nord de la péninsule, nous prenons la direction du village d'Akaroa. Il s'agit du lieu où les premiers colons français se sont installés. Car oui, il y a eu des colons français qui sont venus en Nouvelle-Zélande. Et pour la petite histoire, ces boulets sont arrivés seulement deux jours après que les britanniques aient planté leur drapeau sur ces nouvelles terres... Bref, petite consolation, on a un endroit dans ce pays où il y a plein de choses écrites dans notre langue maternelle, tels les noms de rues ou encore les enseignes de commerces. Cela étonnera d'ailleurs Julie ("ah mais c'est marrant ça, t'as vue les noms des rues en français ?"), que j'avais pourtant prévenue des spécificités du lieu une petite heure auparavant. Oui, elle est là et en pleine forme...

Akaroa, French settlement in New-Zealand
Akaroa, c'est joli
Ah bah oui, c'est joli
Vue de la Banks Peninsula depuis la Summit Road.
C'est venteux, mais c'est beau.
On prend ensuite la "Summit Road" qui porte bien son nom et nous offre une magnifique vue sur Akaroa et ses multiples baies (Duvauchelle, Robinson, French Bay...). On décide de passer la nuit dans un camping au bord de la plage... au fond d'une baie évidemment. Promenade au bord de l'eau, rigolade, décision de récolter des moules pour les cuisiner (qui est le pire, celle qui a l'idée, ou celui qui valide ?), rires, lecture dans la cuisine des consignes de sécurité en cas de tsunami (ce qui a ouvert un débat sur ce que chacun de nous ferait, la conclusion étant que moi je mourrais, et Julie survivait), échec de la préparation des moules (aucun lien avec le point précédent), fou-rires, bref une jolie soirée de retrouvailles.

Et si on allait pêcher DES MOULES ?
Un camping bien placé, à Okains Bay
Tranquillement
Le lendemain, on apprend à se servir des douches payantes (4 minutes d'eau chaude, prévoir de se déshabiller avant de mettre la pièce), on débute notre étude du comportement des mouettes en présence d'humains avec de la bouffe (je crois qu'il va falloir que je fasse une note dédiée à ce sujet), et on repart.
C'est le 133ème anniversaire du Waitangi Day, à savoir la célébration du Traité du même nom faisant de la Nouvelle-Zélande une colonie de l'Empire colonial britannique, garantissant aux Maoris leurs terres et leur donnant les mêmes droits que tout autre citoyen britannique. D'après ce que l'on a compris, chaque partie a interprété ce Traité d'une manière différente, ce qui a suscité pas mal de controverses au fil des années. En tout cas, il y a des animations de prévues ce jour-ci, mais la météo tristounette, l'incertitude sur ce qui est réellement fêté et par qui, et le fait de devoir payer une entrée pour accéder au village où doivent se situer la fête nous découragent un peu d'y participer.

Coïncidence ? On apprend plus tard dans la journée qu'il y a eu un tremblement de terre assez violent aux îles Salomon, et qu'une alerte tsunami a été décrétée en Nouvelle-Zélande pour la fin de journée ! Excitation sadique de notre part à l'idée de voir en vrai ce que pourrait faire un tsunami. On écoute attentivement chaque bulletin info qu'on peut capter à la radio, et on apprend au final que seule l'île Nord du pays est vraiment concernée, et qu'au pire ce serait un raz-de-marée d'un mètre qui déboulerait sur les côtes néo-zélandaise. Au final, l'alerte est complètement levée et nous sommes déçus. Nous trouvons quand même un endroit parfait pour passer la nuit :

On est bien, là
La Banks Peninsula aurait probablement mérité d'y passer un peu plus de temps, et je l'inscris dans ma longue liste des "endroits où je veux retourner avant de quitter le pays". Mais nous avons un programme chargé pour les prochains jours et sachant que ce qui nous attend devrait être plutôt sympa, nous mettons les voiles, direction Lake Tekapo et Aoraki/Mount Cook.

Rédigé en écoutant