dimanche 3 mars 2013

Dunedin, capitale de l'Otago

Dunedin. Je crois que c'est la ville de Nouvelle-Zélande (avec Wellington) qui m'attire le plus "sur le papier". Une ville étudiante, architecturalement intéressante (dans le style d'Oamaru), culturellement dynamique, avec une forte tradition de live music dans une multitude de bars. Et c'est donc ici que je vais boucler mon tour de l'île du Sud.

Tout fraîchement sortis des magnifiques Catlins, nous voici arrivés à destination. La ville s'étend, calée entre l'océan Pacifique et les multiples collines voisines. Après ces trois semaines quasiment en pleine nature, ça fait bizarre. Nous décidons de faire un tour en centre-ville, organisé autour d'une place appelée Octagon. En cette fin de journée, un match de rugby est retransmis dans tous les bars de la ville, les trottoirs et terrasses débordent de monde, la bière coule à flot. Nous sommes immédiatement dans l'ambiance. Nous flânons par-ci par-là, sans réel objectif à part profiter de l'endroit. Personnellement, j'ai du mal à me concentrer sur le moment présent. Je suis en train de finir mon tour de l'île, je dois chercher un boulot très rapidement et Julie s'en va le lendemain.

Train Station, Dunedin

Ce lendemain arrive bien vite. Je laisse mon acolyte des trois dernières semaines au nord de la ville en mode auto-stoppeuse, la gorge nouée. Et me voilà seul. Pas marrant. Bon, je fais comme d'habitude, je checke les deux-trois points d'intérêts du coin et je pars les explorer, à mon rythme, comme je l'entends. La journée est radieuse, c'est au moins ça.

Le premier objectif sera le jardin botanique. Il est immense, et il est magnifique. C'est parfait pour me relaxer et laisser mes pensées vagabonder. Evidemment, je focalise sur certaines choses, mais au moins le cadre me permet de relativiser toutes cette angoisse du changement et de l'inconnu qui frappent à ma porte. Situé sur une des collines qui entoure la ville, le jardin botanique va me faire crapahuter trois bonnes heures. Je parcoure les jardins organisés en différents espaces thématiques, prends le soleil sur un beau gazon en admirant la vue, j'observe de drôles d'espèces d'oiseaux à la grande volière. La profusion de couleurs (des plantes, des oiseaux) est hallucinante. On se sent en été.






Au pied du jardin botanique se trouve l'Université d'Otago. Il s'agit de la plus ancienne fac du pays (fondée en 1869). Me sentant d'humeur étudiante (je vous rappelle que j'ai fêté mes 29 22 ans quelques semaines plus tôt), je flâne sur le campus. Je passe tout d'abord par Castle Street, la rue étudiante principale. Maisons du début du siècle, toutes portes ouvertes, tables et canapé sortis dans les jardins. J'arrive sur le campus à proprement parler, l'endroit est vraiment agréable, et pas vraiment désert car nous sommes dans en plein week-end ce que l'on peut appeler la pré-rentrée. Je me verrais bien prof de français ici, tient. Idée à creuser.




Tout proche se trouve l'Otago Museum. Culture maorie, faune et flore locale à travers les siècles et une expo thématique sur les tremblements de terre qui ont frappés Christchurch et comment la ville se reconstruit lentement.

Un Elephant Fish. Je ne comprends toujours pas.

Le soir, je retrouve Stéphanie, une belge que j'ai croisée lors de mes premiers jours à Auckland, puis plus tard à Oamaru. Nous allons boire une verre, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les étudiants sont bel et bien revenus. Les rues sont bondées, les bars également. Moi, le voyageur qui sort de plusieurs semaines dans mon van sur la route au milieu de la nature, avec ses milles pensées en tête pour la suite, je me sens un peu -bon soyons franc, en complet- décalage avec l'ambiance. Ça me frustre un peu de ne pas profiter de ce côté là de Dunedin. Mais il faut croire que ce n'est pas le bon moment pour ça. J'essaierai de revenir ici l'esprit un peu plus libre pour corriger le tir.


Tout à mes préoccupations du moment, j'aurai profité "au minimum" de la ville. J'ai vraiment apprécié la plupart facettes, mais je devrai revenir pour avoir une véritable vue de tout ce que peut offrir Dunedin. Pour l'heure, je décide de partir deux jours sur la péninsule d'Otago, toute proche.