vendredi 19 avril 2013

Doubtful Sound

L'avantage lorsqu'on se pose à un endroit pour quelques temps et travailler, c'est que l'on apprend rapidement les bons plans des alentours, particulièrement quand la haute saison s'achève. On devient par la même occasion un "local", avec les discounts que cela implique. Et quand en plus l'endroit où l'on se trouve est Queenstown, plaque tournante des activités diverses et variées de la plus belle région du monde de Nouvelle-Zélande, ça devient carrément compliqué de choisir. Cette fois-ci, à l'occasion de quelques days-off et d'une météo plus estivale qu'automnale, je pose mon dévolu sur une overnight cruise à Doubtful Sound.

Doubtful Sound, c'est le "second" fjord de la région du Fiordland, après l'over-touristique Milford Sound. Je connaissais le lieu, il faisait partie de ma to-do list au début de mon voyage, mais après avoir vu Milford et devant le coût des activités en Nouvelle-Zélande, j'avais un peu abandonné l'idée. La rencontre de plusieurs facteurs va pourtant me décider à y partir sur un coup de tête pour une "overnight cruise".

Quelques jours auparavant, j'apprends que j'aurai droit à 3 jours de congés cette semaine. Au départ, je tords un peu le nez (money money money). Le même soir, une de mes colocs me raconte, des étoiles encore dans les yeux, comment cette croisière sur le Doubtful qu'elle avait fait la semaine précédente avait été exceptionnelle. Les connexions se font, mais je ne suis toujours pas convaincu.
Le mardi après-midi, à l'occasion d'une sortie sur Queenstown, je passe devant les bureaux de Real Journeys, l'opérateur gérant les croisières sur le Doubtful Sound. Je checke rapidement la météo prévue pour les jours à venir (le Fiordland est réputé pour être l'endroit le plus pluvieux de Nouvelle-Zélande, avec 7.6m de pluie par an, 200 jours de pluie par an), soleil éclatant annoncé, me voici donc réservant une place pour la croisière du lendemain (oui, je décide toujours les trucs au dernier moment, c'est même pire qu'avant que je parte de France, désolé les copains).

Le programme est simple, on n'a besoin de s'occuper de rien : un bus nous prend à Queenstown, nous amène sur les rives du Lac Manapouri où un premier bateau nous fait traverser jusqu'à la centrale électrique du coin. De là, un autre bus nous fait passer un col, et nous pouvons enfin embarquer dans le joli navire qui nous fera naviguer à travers le fjord jusqu'au lendemain.

En ce jour de congé, je me lève donc encore plus tôt que lorsque je bosse. Je rallie Frankton (banlieue de Queenstown), le bus est bien là, me voici en route une nouvelle fois pour le Fiordland. Mis à part que cette fois, je ne conduis pas et je profite à fond du paysage. Petit plus, notre chauffeur nous explique tout ce qu'il faut savoir sur le paysage et les lieux qui défilent sous nos yeux.

Au départ, ça ne s'annonçait pas terrible.

Arrivée à Manapouri, le temps est bien nuageux. Confirmation que la météo dans le Fiordland est capricieuse... La traversée du lac prend une quarantaine de minutes. Nous accostons et patientons dans un mini-musée expliquant le fonctionnement de la centrale électrique voisine et les spécificités du Doubtful Sound. Rapidement nous grimpons dans un nouveau bus qui nous conduit sur une gravel road à travers une forêt que l'on pourrait qualifier de tropicale. Ouais, en fait on est à Jurassic Park, faut bien regarder le long de la route, si des dinos veulent bien se montrer.
Arrivée en haut du col, et la BIM, petit point de vue sur ce fameux Doubtful Sound. Le soleil nous attendait ici en fait. Quelques frissons à la vue de ce qui nous attend. Je commence à être content de ma décision.

Nous descendons vers Deep Cove, où notre bateau et son équipage nous attendent. Joli bateau, d'ailleurs. On embarque et c'est parti pour presque 24 heures de perfection.

Premier contact avec Doubtful Sound. PAS MAL.

Le joli bâteau

Après un petit briefing dans la salle principale, notre équipage nous invite à ne pas rester là et à profiter de cette magnifique journée comme le Doubtful en a rarement en allant sur le pont. On ne se fait pas prier. Chacun trouve sa place, chacun semble satisfait de se trouver là. On n'attend pas bien longtemps pour voir nos premiers dauphins, jouant avec les vagues à l'avant du navire. Le spectacle m'est familier, me rappelant évidemment Milford Sound. Cette fois, je ne prends pas la peine de dégainer l'appareil photo, je profite juste de la présence de nos amis, qui provoque comme toujours exclamation et vague de bonne humeur parmi les spectateurs. Tout le monde a le sourire. Je me dis encore une fois (et ça ne sera pas la dernière) que c'était une putain de bonne décision, et je remercie par la pensée Merel, ma coloc.

Tout le monde est sur le pont

Nous nous arrêtons dans un bras calme du fjord. Ceux qui veulent peuvent prendre un kayak et explorer les alentours. Je ne me fais pas prier. Bon, comme un newbie venant juste d'arriver dans le pays, j'oublie de m’enduire de répulsif, et les sandflies ne tarderont pas à trouver mes jambes dénudées. Mais le spectacle et l'atmosphère des lieux me feront vite oublier ce petit désagrément. Quelle plaisir de naviguer silencieusement, tantôt à frôler les falaises, passant sous les cascades, tantôt à se retrouver au milieu de la vallée pour mieux en apprécier la démesure...
A peine revenu sur le bateau, on nous dit que c'est maintenant où jamais pour un plongeon.
- Mmmmhh, how is the water ?
- Today, you're lucky, it's a nice day, 14°C
MUHAHA, 14°C ? Sérieux, le gars aurait pu m'annoncer 5°c, j'y serai allé. Et c'est parti, un saut de quelques mètres depuis la proue et me voici en train de barboter like a sir au milieu d'un fjord magistral.


La fin de la journée approche déjà, le bateau nous amène donc vers l'entrée du fjord pour le coucher de soleil. AH AH, parfait cette croisière je vous dit. Nous nous retrouvons à nouveau tous sur le pont pour l'occasion. En l'espace d'une petite heure, on aura droit à une colonie de seals posés paresseusement (comme toujours) sur leur rocher, un coucher de soleil typique néo-zélandais avec nuages orangés-rosés, une visite en nombre de ces grands albatros (rappelez-vous, ils voulaient nous faire payer $50 à Dunedin pour les voir), et une sortie houleuse sur la mer de Tasman.


Typique

La nuit tombée, on se trouve un endroit calme pour poser l'ancre, et c'est l'heure du dîner. Dîner de type huge et bon. Tout à volonté, et pour finir, un assortiment de desserts, genre gâteau au chocolat, crumble, cheese cake, salade de fruit et un ou deux autres trucs. Nul besoin de vous dire que j'ai tout pris. Je me suis senti comme le petit Timmy de Jurassic Park (oui encore) devant la flanquée de gâteaux après son passage électrifié de la clôture. Bon, 5 ou 6 desserts, c'était peut-être un peu trop, au final... Je passe donc le reste de la soirée à tenter de digérer. Je n'oublie pas d'aller faire un nouveau tour sur le pont pour voir les étoiles. Bon, je ne vous fais pas de dessin.

Le lendemain, réveil aux aurores. Petit dej et on reprend "la route". On regarde le soleil éclairer peu à peu les sommets, quelques dauphins, et des BÉBÉS DAUPHINS viennent nous voir, le temps que l'on rallie Hall Arm, un des endroits les plus calme du fjord. Et en effet, c'est calme. L'eau est un véritable miroir. Nous voici arrivés au fond de la vallée. A ce moment, l'équipage nous indique que les moteurs vont être coupés. Nous sommes invités à nous trouver une place sur le pont, laisser nos appareils photos de côté, à nous taire, et profiter de ce "moment of silence" pour un petit quart d'heure. Ça va finir par vous énerver mais putain, encore un moment magique pour cette croisière magique. Je m'en souviendrai très longtemps. Le silence, les oiseaux qui se réveillent peu à peu, le soleil qui éclaire doucement la vallée, la brume qui se dissipe, ces reflets absolument irréels. Les regards se croisent et personne n'a effectivement besoin de parler pour se comprendre.



Il est déjà temps de rentrer. Je vous avoue que d'écrire tout ça deux mois après m'a refilé en vrac un grand sourire, de jolis frissons et quelques chatouilles dans le ventre. Cette croisière à Doubtful Sound restera un de mes plus beaux souvenirs en Nouvelle-Zélande. Et peut-être bien même au-delà.