lundi 28 janvier 2013

Wanaka (2/2) : le coup de coeur

Mon expérience HelpX prenant fin, je me retrouve à nouveau libre et sur la route. Mais je ne suis pas pressé, et comme ce que j'ai pu entrevoir des alentours m'a plutôt charmé, je vais rester encore quelques jours autour de Wanaka.

Je quitte mes hôtes HelpX au petit matin. Il est vraiment tôt, et je compte profiter de cette belle matinée pour marcher un peu avant de rejoindre Wanaka. Une balade de deux heures part de Luggate et longe la Clutha River. Cela me semble parfait et me voici donc parti. Les lapins foisonnent, les oiseaux chantent et le soleil inonde peu à peu la vallée de ses rayons. La marche est très agréable, la faune et la flore sont plus que présents.
Il est tôt
LAPINS !
Australian Magpies
Clutha River


Un peu plus tard dans la journée, je retrouve Dautsen, une voyageuse belge qui avait travaillé en même temps que moi à l'auberge de Fox Glacier. Le soleil brille toujours, nous nous mettons donc à la recherche d'un spot de baignade que Dave m'avait indiqué. Et en effet, l'eau est étonnamment chaude pour l'altitude à laquelle on se trouve (300 mètres au-dessus du niveau de la mer). On se baigne donc dans une eau à plus de 20°C en regardant les quelques sommets encore enneigés nous entourant. Tranquilou.

Le lendemain, nous nous dirigeons vers le Mount Aspiring National Park au nord de Wanaka. Après 45 minutes de gravel road, nous arrivons au début du Rob Roy Glacier track. Il s'agit d'une petite randonnée de trois heures qui remonte une vallée encaissée, jusqu'à un glacier, donc. Le temps s'est couvert, ça vente fort mais ça ne nous décourage pas. Nous marchons dans les sous-bois, le long d'un torrent. Nous apercevons des Rifleman, à savoir l'oiseau le plus petit de Nouvelle-Zélande, au potentiel de mignoncité assez élevé. Nous traversons un ou deux passages délicats créés par des glissements de terrain mais rien d'insurmontable.
La vue n'est pas vraiment dégagée, et nous ne savons pas vraiment à quoi nous attendre. Mais soudain, au détour d'une petite trouée dans les arbres, le glacier apparaît enfin, tout là-haut, majestueux. L'effet est saisissant et nous redonne un regain d'énergie pour aller au bout. Nous arrivons enfin dans un cirque, totalement surplombé par le glacier. De multiples cascades s'écoulent le long des parois, dont une qui n'arrive jamais en bas, vaporisée par les bourrasques de vent. Il commence à pleuvoir, nous ne pouvons malheureusement pas rester très longtemps. Cela ne nous empêchera pas de garder un fort souvenir de ce lieu, que je préfère sans hésitation aux "stars" Fox et Franz Josef de la côte ouest.
La cascade qui n'arrivera jamais en-bas
Rob Roy Glacier, dans les nuages

Fin de journée, nous sommes fourbus, c'est le moment parfait pour découvrir le fameux cinéma Paradiso de Wanaka. Une salle, à laquelle on accède par un couloir tapissé d'affiches de films. Ici, pas de simples sièges, mais bel et bien des canapés pour les premiers rangs ! Et surtout, l'endroit est connu pour ses entractes, au cours desquelles on peut courir au bar pour commander un merveilleusement délicieux cookie (le double choc, OMG), tout juste sorti du four. Le succès est assuré. Pour l'occasion, je revois The Hobbit. Encore une fois, j'a cette impression assez troublante en regardant le film que ce que je vois à l'écran se trouve juste à l'extérieur de la salle. Comme un symbole, nous retrouvons d'ailleurs le ciel de fin de journée de la dernière scène du film quelques secondes plus tard à la sortie du cinéma.
La salle du cinéma Paradiso de Wanaka. Oui, il y a des sièges dans la voiture.
Double Choc cookie !
Dautsen part le lendemain pour Queenstown. Je décide de me faire la randonnée du Lake Diamond, à quelques kilomètres de Wanaka. Plusieurs chemins sont possibles, et je prends complètement par hasard le plus ardu, mais aussi celui qui va me cacher la vue sur le lac Wanaka jusqu'au sommet. Je suis un peu ronchon au début, mais je vais vite comprendre que c'était probablement la meilleure chose à faire. J'arrive finalement au sommet de la Rocky Mountain, transpirant et soufflant comme un âne. Mais la vue qui s'offre à moins d'un seul coup va me couper le souffle, justement. Le sentiment d'euphorie est fort, et je ne me peux m'empêcher de lâcher un "putain de pays" pour moi-même. Je surplombe de 700 mètres la vallée et le lac Wanaka. C'est venteux, mais il n'est pas question que je redescende tout de suite. Je m'installe, j'ouvre un bouquin et dévore quelques barres de céréales, en jetant un coup d'oeil aux alentours toutes les minutes. Je profite.  Sur le chemin du retour, je crois un mouton sorti tout droit de Black Sheep (pour les incultes, Black Sheep est un fantastique film néo-zélandais sur des moutons-zombies, à voir absolument).
Diamond Lake
Lake Wanaka, depuis le sommet de la Rocky Mountain
Le chef mouton de Black Sheep



Rentré de mon escapade, je retrouve Madlen, une allemande rencontrée lors du jour de l'An sur la Golden Bay. Elle a de son côté fait la randonnée sur le Roy's Peak, ce qui prend une journée entière et semble bien éprouvant. Mais à en voir les photos, ça vaut également le coup. La fin de cette dernière journée à Wanaka est magnifique et parfaite pour partager une bouteille de vin et un bon repas face au lac et au soleil couchant. J'aime définitivement cet endroit. Je me jure d'y retourner et pourquoi pas d'y rester un peu dans les prochaines semaines.


Cette partie de mon voyage me prouve bel et bien qu'il ne faut jamais faire de plan à l'avance. Ou en tout cas ne pas les suivre stupidement à la lettre. Je n'avais même pas prévu de m'arrêter ici. Puis j'ai pensé y rester quatre petits jours, et c'est finalement pendant plus d'une semaine que j'ai profité de cet endroit fantastique. Et encore, je ne le quitte que par obligation, m'étant engagé pour un autre Helpx sur la côte Est, à Oamaru.

Rédigé en écoutant