vendredi 21 juin 2013

Entre Napier et Gisborne

Avec Dautsen, nous continuons notre exploration de la East Coast. Nous quittons Napier par le nord, pour rejoindre Gisborne et un Helpx -enfin- dans une ferme !

La route entre les deux villes est longue mais plutôt agréable. L'océan n'est jamais loin, il y a des endroits sympas pour s'arrêter et le soleil brille.

Sur la route, pour la pause pic-nic

Avant de rejoindre nos prochains hôtes Helpx, nous décidons de faire une étape au bord du Lake Waikaremoana, dans le Urewera National Park. Pour situer le contexte, nous faisons un détour d'1h30 (dont les 3/4 sur gravel road) pour atteindre le spot qu'on visait au bord du lac, et c'est quand même l'hiver. Autant vous dire que nous sommes... seuls. Isolés même.

Seuls

Nous arrivons assez tard sur ce petit emplacement du DOC gratuit. Un petit chemin nous amène à quelques mètres du rivage, et malgré les 4 roues motrices je préfère éviter de me garer sur les bas-côtés boueux. La nuit tombe déjà et nous finissons par nous faire à manger dans le noir. Une voiture se rapproche, il s'avère que c'est un policier. On doute, avons-nous le droit d'être ici ? En fait, l'officier s'assure que nous sommes au courant qu'une grosse tempête arrive le lendemain. Pas de soucis, nous ne prévoyons pas de randonnées et nous serons bien au chaud chez nos futurs hôtes le prochain soir. Il nous laisse sur un Have a good night and enjoy your stay. Plutôt cool et rassurant au final.

Les choses vont devenir moins marrantes une heure plus tard. Prêts à nous endormir après un épisode de Game of Thrones, nous entendons un moteur se rapprocher, et bientôt des phares éclairer le chemin. Probablement des campeurs tardifs. La voiture ralentit à notre hauteur, musique à fond, puis part rapidement jusqu'au bout du camp pour revenir à côté du van et s'arrêter. Instinctivement, on comprend que les prochains minutes vont être chiantes.
Ça tape à la vitre, et bientôt un gars apparaît, accoutrement de chasseur, bière à la main et élocution enivrée. Le gars tout droit sorti de Wolf Creek, que j'ai eu la bonne idée de regarder quelques semaines plus tôt. On se crispe légèrement alors qu'il commence à nous poser des questions sur qui nous sommes et ce qu'on fait là. Je commence à me sentir un peu trop seul et isolé. Il nous dit clairement qu'on est pas les bienvenus, que les touristes respectent rien, qu'on s'en fout du pays et qu'on ne respecte pas les esprits dans les montagnes alentours. Enfin c'est ce que je comprends. On laisse parler, on dit oui oui à la fin de chaque longue tirade et le temps paraît bien long. Impossible de partir précipitamment (on n'est pas dans le bon sens, y'a les sacs sur les sièges avant et sa voiture nous bloque), évidemment on n'a pas de réseau et on n'avait dit à personne où on serait ce soir là.
Heureusement au bout de vingt bonnes minutes, notre visiteur nocturne n'ayant plus trop de réactions à son discours fini probablement par se lasser et s'en va aussi vite qu'il était arrivé.
On reste un bon moment à récupérer de ce moment plutôt... stressant. C'est ma première "mauvaise" rencontre en Nouvelle-Zélande, et je n'ai jamais pris autant conscience de l'isolement dans lequel on peut se retrouver.

Pour compenser cette mauvaise expérience, nous avons droit à un magnifique réveil et nous prenons pleinement conscience de la beauté des lieux. On passe la matinée à explorer les alentours avant de reprendre la route vers Gisborne et notre Helpx.

La vue au réveil


Lake Waikaremoana, Urewera National Park